Blog Scripte - 14 -

Publié le par Delphine94

Je flotte à l’intérieur du septième mois


Tous les matins, encore, Lola se refugie volontiers au sein maternel.

La fusion de nos deux regards s’échange avec passion.

Elle est bien ma fille et je suis toujours  sa maman

Elle aura 7 mois demain avec toute l’assurance d’un bébé qui s’épanouît et s’ouvre à la collectivité.

Dans ce bain social, ou l’on a plongé l’une après l’autre, je l’ai accompagné à son adaptation en crèche tandis qu’il fallait que je m’adapte au rythme de mon travail.

 

Maintenant, tout n’est plus comme hier.

Je ne vis plus pour moi mais pour eux, mon quatuor : 4 en 1. 

Pour leur bien et pour mon équilibre.

Ma tête et mes jambes s’épuisent au soleil couchant,  de chaque geste répétitif et de chaque action effectuée.  Au lendemain, je lance le moteur, pour faire tourner un autre jour.

 

Pendant ce temps là, mon ressenti se fait entendre.

Ce temps que je donne à mes proches et au travail.

Cet instant que je n’arrive pas attraper, je le saisi enfin en ce soir.

Cette solitude qui m’interpelle pour stopper cette seconde ou je peux enfin être seule avec moi-même, dans les oreilles nage le son de U2….

Je brasse à cet instant là ou je relâche !

Pour me retrouver à l’intérieur de ma conscience

Tous ces mois qui se sont écoulés à une vitesse accélérée depuis la fin de ma grossesse et la mise au monde de Lola.

Tout ce temps écoulé où je me suis oubliée pour l’accompagner.

 

Dans 1h30, elle aura 7 mois.

Son visage s’affine et son sourire me rend tous les jours heureuse

Son grand frère est joueur avec elle et son papa est protecteur.

On l’entoure de tout notre amour.

 

Mais il manque quelque chose comme une part de moi-même dévorée par ce lien maternel que j’entretiens pour mes deux enfants.

Je porte tous les matins le même masque, celui d’une femme qui n’est avant tout qu’une maman.

 

La nostalgie m'embarque face à l'envie de me retrouver en tant que femme entière, et de faire un pas en arrière lorsque j’étais la « gamine »  l’ado « manquée », l’épouse amoureuse.
Cette intimité, tant personnel que conjugal me manque cruellement

Je l’ai mis entre parenthèse pour un temps indéterminé

Mais mon corps a aussi une grande part de responsabilité.

Cette fatigue qui occupe mon esprit tous les jours devient pénible.

Et les aiguilles avancent sans même que je puisse réellement faire ce que j’ai envie, c'est-à-dire : lire,  téléphoner à mes amis  ou encore pouvoir m’exprimer librement à  travers le Blog Navire.

Ce qui est pénible et lassant, c’est que pour m’évader de cette fatigue, je ne fais rien de stimulant, soit je m’allonge pour sommeiller, soit je regarde un programme tv en chewgum, soit je navigue sur l’internet. Et dans cette amertume, il faut aussi que je me lève pour aborder les taches ménagères du quotidien.

 

Et le résultat laisse à désirer mais en même temps il ne m’étonne pas car je connais son origine : c’est la  maternité parentale et elle durera un temps donné.

L’exclusivité de cette maternité qui fait en même temps ménage avec ma routine.

Je dois, à présent, trouver le courage pour faire flotter un minimum de féminité.

 

Dans moins d’une heure, elle aura 7 mois.

A l’évidence, Pauline Croze fait danser toute ma retenue

Je me lâche dans le trop plein d’émotion.

Je suis heureuse comme je suis inquiète

Débordée par cette routine qui ne laisse plus flottée la femme qui est en moi , la Delphine en sommeil.

Je ne parviens pas à trouver le sens de mon inquiétude mais je sais qu’il me préocupe.

 

C’est un blog scripte intra solitaire que je publie publiquement sans trop en mesurer les conséquences de ceux et celles qui lieront ce billet jusqu’au bout de la dernière lettre.

Ca n’est pas un appel de détresse, c’est une prise de conscience qui m’embarque dans mes pensées et ça m’a fait du bien de coucher ces mots et de me savoir bien assise avec toutes mes facultés en activité.

Ca me rassure de me retrouver, de me dire que je suis toujours là mais seulement à l’intérieur.

 Port de Honfleur - 10 mai 2009

 

Publié dans Blog Story

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Amandine 01/12/2009 16:40


Bonjour,

Je suis venue sur ce blog par hasard, et j'ai lu cet article entièrement.

Je le trouve à la fois joyeux, triste, émouvant, beau...

Il y a un mélange de sentiments très fort, et aussi assez perturbant, car je sens à la fois cette joie d'avoir des enfants mais aussi la solitude que cela vous a procuré.

Je n'ai que 23 ans, je ne suis qu'une gamine, mais je vais quand même vous donner mon avis.

Avoir des enfants c'est magnifique, j'espère moi même être maman d'ici 1 ou 2 deux ans. Mais cela ne doit pas faire oublier à une femme ce qu'elle est à l'origine. J'espère en tout cas ne pas
l'oublier.

Et oui une maman a plusieurs rôles à tenir même quand c'est pas facile. Elle doit à la fois être mère, femme, amie...

Votre mari a l'air très protecteur avec les enfants. A votre place je les laisserais ensemble le temps d'une soirée et je sortirais avec mes amies. Juste quelques heures, juste le temps d'un
dîner... Mais au moins du temps pour vous, car c'est important d'en avoir aussi...

La vie est beaucoup trop courte pour avoir des regrets, vos enfants ne vous en voudront pas de vous voir partir quelques fois, pour aller souffler ailleurs. N'hésitez pas à le faire, je suis
certaine que ça vous ferait beaucoup de bien

Cordialement,

Amandine


Delphine94 01/12/2009 20:54



Amandine


 


Je vous rassure, Amandine, c’est d’avoir des enfants que l’on prends encore plus conscience qu’on
est femme à part entière. J’ai été très touchée par votre ressenti et n’espère qu’une chose : d’une part que vous aussi puissiez avoir cette chance d’avoir un enfant un jour et d’autre part
de garder toujours une bonne estime de vous-même.


 


Devenir jeune parent c’est faire face aux obstacles de la vie pour le bien de nos enfants et c’est
ce qui est lourd à porter au quotidien et en amont : l’avenir de la famille qui n’est pas une béquille pour soi-même au contraire car c’est elle qui repose sur vous.


Alors il est indispensable de temps à d’autre dans le silence nocturne de pouvoir se retrouver et
se ressourcer dans ses souvenirs bercés par le présent.


 


Après avoir 2 enfants change la donne, le temps est compté et il faut apprendre à faire les
meilleurs choix pour ne justement rien regretter et c’est cela que j’apprends au jour au jour.


Lorsque j’ai écris cet article, la fatigue m’était très pesante, je me suis donc prise en main
quelques mois plus tard pour faire du sport et je peux vous assurer que je ne suis pas une sportive dans l’âme, mais dans ma situation faire du sport me repose l’esprit et me rend plus
légère.


 


Voilà Amandine, je vous souhaite d’être épanouie dans l’accomplissement de vos projets.


Je tiens aussi à vous assurer que j’arrive à me réserver des bons moments avec mes amis, ils sont
rares mais à chaque fois sublimes de richesse des liens.


Sachez que vous me paraissez loin d’être au gamine et qu’à 23 ans, vos propos sont d’une maturité
que j’apprécie énormément,  votre vision de la femme et de la famille est la même que la mienne, en fait vous êtes une féministe, comme moi, et ça
c’est génial de le reconnaître à votre âge !


 


Bon vent


Delphine



delphes 19/05/2009 10:27

j'ai laissé un commentaireà cette meme place hier mais ça n'a pas l'air d'avoir fonctionner.
en résumé je disais que je te comprenais, que te etats d'ame faisaient écho en moi et que c'est grace à eux que l'on se sent vivante et que l'on avance finalement sans meme nous en rendre compte. merci de tes passages par chez moi.